Nullité d’un acte d’exécution

En première instance, à défaut de sanction véritablement efficaces, beaucoup d’irrégularités ne sont pas relevées.

Moi-même, je passe sur beaucoup d’irrégularités qui de toutes façons seront couvertes par la partie adverse. Donc, à quoi bon ? En revanche, la même irrégularité, en appel, peut avoir des conséquences désastreuses pour son auteur.

C’est d’ailleurs probablement en raison de cette baisse de vigilance en première instance qu’il existe autant d’erreurs commises en appel. La mauvaise habitude se prend facilement de ne point trop regarder de plus près la procédure de première instance dont on sait qu’il n’y aura rien à tirer sur le plan procédural.

Cependant, la procédure n’est pas pour autant absente devant les juridictions de première instance.

En témoigne cette décision du juge de l’exécution en date du 12 juin 2014 (JEX TGI Saint-Malo 12 juin 2014, réf. cabinet 100860) ayant annulé le commandement aux fins de saisie-vente et le certificat d’indisponibilité du certificat d’immatriculation d’un véhicule, et tous les actes subséquents, sur le fondement de l’article 648 du Code de procédure civile dispose que « tout acte d’huissier de justice indique, indépendamment des mentions prescrites par ailleurs (…) Si le requérant est une personne physique : ses nom, prénoms, profession, domicile, nationalité, date et lieu de naissance« .

Tout acte d’huissier de justice indique, indépendamment des mentions prescrites par ailleurs (…) Si le requérant est une personne morale : sa forme, sa dénomination, son siège social et l’organe qui la représente légalement.

Ces mentions sont prescrites à peine de nullité.

En effet, « ces mentions sont prescrites à peine de nullité« . Il s’agit, évidemment, d’une irrégularité pour vice de forme, touchant l’acte, et non une irrégularité de fond. Il convenait donc de justifier d’un grief.

La nullité ne peut être prononcée qu’à charge pour l’adversaire qui l’invoque de prouver le grief que lui cause l’irrégularité, même lorsqu’il s’agit d’une formalité substantielle ou d’ordre public.

Les actes étaient régularisés en portant l’adresse d’un requérant dont il était démontré qu’elle était inexacte.

Il était soutenu que le créancier – dont le titre pouvait être remis en cause dans le cadre d’une procédure de renvoi de cassation devant la Cour d’appel de Paris – organisait pour cette raison son insolvabilité, et mettait la société débitrice dans l’impossibilité d’exécuter l’arrêt valant titre de titre de restitution lorsque la Cour d’appel aurait infirmé le jugement dont appel.

L’huissier avait été informé de cette difficulté, mais il avait cependant continuer de régulariser les actes d’exécution à cette adresse dont il est avéré qu’elle est inexacte.

Le caractère erroné de l’adresse cause un grief indéniable à la société débitrice (voir Versailles, 20 novembre 2003, BICC 2004, n° 1080 ; Montpellier 24 avril 2007, BICC 15 juillet 2008, n° 1277).

Le juge de l’exécution a retenu que le créancier « souhaite dissimuler son adresse exact« , ce qui cause un grief au débiteur « qui ne peut signifier les actes de la procédure à une adresse fiable« .

La dissimulation d’une adresse cause grief au débiteur qui ne peut signifier les actes de procédure à une adresse fiable

La nullité des actes d’huissier est prononcée.

La moralité de cette histoire est qu’il ne faut jamais négliger la procédure, quelle que soit la juridiction saisie. C’est sur un point de procédure que ce dossier a été gagné devant le juge de l’exécution, alors que la société débitrice était mise en sérieuse difficulté par un huissier et un créancier particulièrement retors.

Pour la petite histoire, le créancier est un concurrent direct de la société, et une cessation des paiements allait très exactement dans le sens des intérêts de ce créancier.

 

 

 

 

7 Comments on “Nullité d’un acte d’exécution

  1.  by  pintat

    Bonjour,
    L’huissier a délivré le 27 novembre deux actes une signification d’arrêt de la Cour d’appel doublé d’un commandement de payer et facturant des frais de recherche le 24 novembre Ficoba requete loi Beteille, soit antérieurement à la délivrance des actes précisant sur le commandement de payer que sous un délai de 8 jours, recours à une saisie meuble.
    Pour quelle raison facturer des frais de signification d’arrêt, commandement de payer, de recherche ficoba loi bétaille alors que le commandement de payer précise saisie meuble?
    Meci.
    Cordialement.

    •  by  Marjorie

      Pour vous faire raquer le maximum..!

      Attendez, vous aurez bientôt 250€ environ pour rendre indisponible votre certificat d’immatriculation !

      Oui, c’est le petit lot classique de l’huissier racketeur :
      Ficoba (maintenant autorisé sans titre exécutoire)
      Signification jugement
      Commandement de payer aux fins de saisie-vente
      Indispo du certificat d’immatriculation

      Parfois, avec un peu de chance, la signification du jugement est faite sur un même acte que le commandement « signification d’un titre exécutoire avec commandement de… »
      Et parfois même, avec beaucoup de chance, l’huissier se pointe réellement chez vous avant d’avoir constitué son petit pécule 🙂

      Ces frais sont inutiles et frustratoires. Mais, les huissiers sont des dieux.

      Fait pas bon être un peu solvable car le juge vous matraque et l’huissier aussi alors même que vous ne contestez pas devoir x€ à la partie adverse

      Justice vous dites?

  2.  by  Myrtillr

    Bonjour à vous !

    Dans votre jugement du JEX de St Malo, le débiteur avait assigné qui ? Créancier ou huissier ?

    Dans ce cas de figure, qui était responsable, s’il y a eu dommages-intérêts à payer ?

    Merci 🙂

  3.  by  Sandrine Curyllo

    J’ai eu un jugement exécutoire, statuant que mon fils était éligible au rsa en mars 2018,et que la pension alimentaire cesse à cette date !
    Or mon fils, n’était pas éligible au rsa à cette date car il a eu 25 ans révolu en juillet 2018! Que faire ?

  4.  by  Marco

    Bonjour,
    J’étudie le dossier d’une amie pour une dette qu’elle doit à Pôle Emploi (faite par son ex-mari) et j’ai vus des erreurs faites par l’huissier.
    – En 1er, dans la partie la nommant, il manque la Profession et sa Nationalité;
    – en 2ème, la plus grosse erreur à mon sens, ce sont des dates du préjudice. L’huissier, en 07/2018 sur une Contrainte de payer, ainsi qu’en 02/2019 avant de passer au tribunal, a marqué « du 01/04/2016 au 17/01/2016 » !!!

    Donc ma question, est-ce que c’est ces erreurs vallent nullité de l’acte, surtout pour la 2ème erreur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.