Notification de la déclaration d’appel à l’avocat constitué entre temps : quelle sanction ?

Par un avis du 12 juillet 2018 (Avis n° 15010 du 12 juillet 2018 – Deuxième chambre civile – (Demande d’avis n° T 18-70.008) ECLI:FR:CCASS:2018:AV15010), la Cour de cassation a estimé que « En application de l’article 905-1, alinéa 1, du code de procédure civile, l’obligation faite à l’appelant de notifier la déclaration d’appel à l’avocat que l’intimé a préalablement constitué, dans le délai de dix jours de la réception de l’avis de fixation adressé par le greffe, n’est pas prescrite à peine de caducité de cette déclaration d’appel.« .

En application de l’article 905-1, alinéa 1, du code de procédure civile, l’obligation faite à l’appelant de notifier la déclaration d’appel à l’avocat que l’intimé a préalablement constitué, dans le délai de dix jours de la réception de l’avis de fixation adressé par le greffe, n’est pas prescrite à peine de caducité de cette déclaration d’appel.

Une solution assez inattendue, et nous pouvons nous interroger si le législateur avait effectivement eu à l’esprit de ne pas sanctionner cette absence de diligence procédurale par l’appelant.

Le motif retenu est intéressant, car il s’agit de l’article 6§1 de la Convention, alors que l’on sait que cet article est fréquemment écartée lorsqu’il s’agit d’apprécier la dureté de la procédure d’appel.

Cela sera de nature à motiver encore les parties qui se plantent à invoquer cet incontournable article 6.

Comment réagira le législateur ?

Cette lecture sera-t-elle entérinée, comme d’autres (irrecevabilité de l’intimé à refaire un appel s’il a loupé son appel incident, irrecevabilité des pièces, etc.), ou alors écartée (possibilité de refaire un appel pour l’appelant qui s’est loupé, conclusions aux fins de caducité suffisantes pour répondre au 909, etc.).

S’il s’agit de mettre des chausses-trappes dans la procédure d’appel, ce à quoi on ne doute pas, il n’est pas certain que la prochaine lecture ne modifie pas le 905-1 pour élargir cette sanction.

Bien entendu, ce qui vaut pour le 905-1 doit valoir également pour le 902.

Cette souplesse – provisoire ? – ne rend pas pour autant sans danger cette procédure d’appel qui continuera certainement à faire encore bien des dégâts dans nos troupes…

En attendant, il est préférable de conserver la pratique consistant à notifier l’acte d’appel à l’avocat – et au défenseur syndical – dans le délai de dix jours ou d’un mois. Il est préférable de conserver les bonnes habitudes pour éviter les problèmes.

Cela me fait penser à un incident récemment introduit dans lequel j’avais soulevé ce moyen à titre principal.

Mais heureusement – pour moi -, j’avais d’autres moyens de caducité et d’irrecevabilité à opposer à la consoeur, de sorte que l’incident pourra être maintenu nonobstant cet avis… qui ne fait pas mes affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.