La Cour de cassation a dû se répéter avec cet arrêt qui a un air de « déjà vu », ou plus précisément de « déjà jugé ».

Continuer la lecture

Je vous l’accorde, le titre ne donne pas beaucoup d’indices.

Mais pour tout dire, je n’ai rient trouvé de mieux.

Cet arrêt de cassation sent un peu le déjà-vu, et il s’inscrit donc dans la construction jurisprudentielle de la Cour de cassation concernant les diligences procédurales des parties.

Continuer la lecture

Une opposition n’est pas un appel

Une décision de bon sens, et dont la portée dépassera celle de la seule opposition.

Continuer la lecture

Césaréo le retour

Il y a quelques temps que nous n’avions pas évoqué la concentration des moyens qui avait fait son entrée – fracassante – avec l’arrêt dit Césaréo que tout bon étudiant connaît.

La deuxième chambre, par un arrêt publié, nous confirme que sa jurisprudence est maintenue… ce qui n’est guère étonnant.

Mais cet arrêt est aussi l’occasion d’insister sur la responsabilité de l’avocat.

Continuer la lecture

Une suspension… qui interrompt…

Je reste dubitatif à propos de l’arrêt rendu par la Cour de cassation le 30 janvier 2020 qui statuait en matière de péremption.

Continuer la lecture

OJME et autorité de chose jugée

Il me semble que cet arrêt est unique dans le sens où la Cour de cassation n’avait pas eu l’occasion de se prononcer sur cette question.

Mais je peux me tromper… ce qui au demeurant m’arrive (trop) souvent.

Continuer la lecture

L’effet relatif des sanctions

Beaucoup ont découvert l’existence de l’article 524 après le décret du 9 décembre 2009, la circulaire visant expressément cette disposition pour préciser que la caducité pouvait être relative… sauf erreur.

En pratique, cet article ne paraît pas souvent à l’honneur.

C’est aujourd’hui cependant qu’il vit son heure de gloire… éphémère car l’article 2241 du Code civil lui ôtera toute vélléité.

Continuer la lecture

Alors là, c’est un arrêt auquel je ne m’attendais pas.

Et d’autant que je plaide absolument le contraire, et qu’il me paraît en tous points contraires à la jurisprudence qui était jusqu’alors celle de la Cour de cassation, et notamment de l’arrêt de juin 2019 commenté sur ce blogue.

La question est celle du délai et de la forme de l’appel incident contre une partie intimée non représentée.

Continuer la lecture

L’avocat, ce professionnel averti…

En soi, cet arrêt n’est pas, sauf erreur, une nouveauté.

Il n’en demeure pas moins important.

Ce qui retient surtout l’attention, c’est cette leçon, qui n’est pas unique, que la Cour de cassation donne à l’avocat.

Continuer la lecture

Appel papier et point de départ du délai 908

Une décision dont nous pouvons nous interroger si elle aurait peu être différente.

A mon avis, non.

La solution s’imposait.

Continuer la lecture